ღ Aphrodisiaque.
Attention,

Ce forum est réservé à un public averti, âgé de 18 ans minimum. En effet, il peut contenir des scènes à caractère sexuel et/ou violent. En vous inscrivant, vous vous engagé à respecter cette règle d'âge minimum et, en cas de triche, le forum ne pourra pas être tenu pour responsable.

Merci de votre compréhension et bienvenue sur Aphrodisiaque ♥


Aphrodisiaque, la maison close de vos rêves.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hélène Foster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hélène Foster

☎


Féminin Messages : 18
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 22

Personnage
Age: 19ans
Métier: Etudiante

MessageSujet: Hélène Foster   Mer 13 Avr - 18:54



 
FOSTER Hélène Sidonie


 

 
« Informations »


Nom : Foster
Prénom : Hélène - Sidonie
Surnoms : Lady - Princesse
Âge : 19ans
Origine : Française
Groupe : Clientes

Phobies : Les araignées, la foule, les clowns, la pauvreté…
Passions : La musique, son ordinateur portable, l’argent, la littérature, le cinéma, le sexe…

Secrets : Il est dit que je suce encore mon pouce pour dormir, ou lorsque je suis fatiguée, dès que je m’ennuie un peu ou que j’éprouve l’envie de rêvasser longuement. Bien sûr, ce n’est pas à vous que je vais l’avouer ! Mon autre secret est que je n’assume pas mon attirance, désir pour le sexe féminin. C’est une attirance que je garde secrète dans mon quotidien, durant mes études, dans ma vie de tous les jours. L’Aphrodisiaque me donne l’opportunité de m’épanouir dans ce domaine dans l’anonymat et le respect de ma vie privée.

 
« Fantasmes »


J’ai actuellement deux fantasmes principaux. Bien sûr, ce ne sont que des fantasmes et je considère qu’un fantasme peut demeurer du domaine du rêve, de l’envie imaginaire et non se voir un jour, forcément concrétiser. Soyons bien clair avant que je ne vous confie une part de moi tout de même.

Le premier donc, serait de faire l’amour avec deux hommes, qui me désirent ardemment. Que je puisse lire dans leurs regards, l’envie, la luxure, la passion qui les anime. Faire l’amour en me sentant convoitée sous des caresses de plus en plus intimes, longues, appuyées… puis, sentir ses deux mâles me grimper en même temps… on doit se sentir tellement comblée, à la merci de l’instinct animal, bestial de reproducteurs face à une si jolie demoiselle comme moi. Non, vous ne rêvez pas, je suis en train de m’envoyer des fleurs, effectivement.

Je passe au second. Les jeux de rôles m’ont toujours intrigué. Mon fantasme serait donc d’avoir à mon service, une esclave, soumise mais qui endosse le rôle d’une chienne. La chienne animale mais aussi humaine pour son côté dégradant, sexuel naturellement. Et ça serait naturellement la totale pour ce fantasme. Nue, laisse, collier et tous les accessoires qui vont bien. Pourquoi un tel fantasme me direz-vous ? Pour exploiter, explorer ma partie dominatrice en herbe qui couve, se cache en moi. Avoir un pouvoir absolu sur l’autre, réduit au simple état d’animal, déshumaniser entièrement dans son intégrité aussi bien morale que physique. Ne fuyez pas ! Je suis aussi gentille et douce vous savez.  
 

 
« Description Mentale »


 

Âgée de 19 ans est déjà tant de choses à vous dire sur moi, ma personnalité complexe, multi-facettes ! Nan je plaisante. Détendez-vous un peu voyons. En même temps, jamais évident de parler de soi ainsi je trouve non ? Tâchons donc de commencer le plus justement possible. Je crois que j’aimerai commencer cette introspection en vous confiant que je sais habilement paraître. De prime à bord, quand on discute avec moi, on pourrait me croire mature ou en bon chemin pour le devenir. Je suis plutôt sérieuse dans mon quotidien, réfléchis, attentive au monde, à la société, à ce qui m’entoure, aux conséquences de mes actes. Enfin ça, le plus souvent possible du moins. J’ai conscience, au fond de moi, que, par exemple, les études sont importantes, que je dois être sérieuse et active dans celles-ci si je veux réussir plus tard. Consciente que l’argent de mon pouvoir ne pourra pas résoudre tous mes problèmes. Consciente que l’argent ne tombe pas du ciel… mais de la poche de mon père ! Non pardon, je plaisante encore. Ça ne fait pas de mal…

Bref, vous l’aurez compris, je suis sérieuse, studieuse, active, assidue et travailleuse. J’aime mes études surtout, il faut dire que ça aide un peu à la base. On me connait un côté doux, affectueuse, sensible. Il est vrai que cette sensibilité, fragilité, je n’aime guère réellement la dévoiler, montrer à des inconnus. Mais je crois aussi, sincèrement, que c’est cette sensibilité que j’ai en moi, forme d’empathie que me permet d’être l’artiste en devenir que je suis. Il m’arrive de pleurer facilement. De joie, de tristesse, d’émotion, sous le coup du stress. Tout ceci pour vous exprimer une facette de moi. Vous dévoilez un peu la jeune fille rêveuse que je peux être, naïve parfois, ignorante de certaines réalités mais aussi trop conscientes d’autres, plus adultes, douloureuses. J’aime rire, m’émerveiller, garder cette part d’innocence toute droite venue de ma plus tendre enfance, comme-ci parfois, le monde adulte m’effrayait et que je cherchais à le fuir.

Mais à côté de tout cela, je suis aussi cette fille capricieuse, qui use son père et son porte-monnaie, compte en banque sans vergogne, pitié même. Exigeante, capricieuse, lorsque je veux quelque chose, je dois l’avoir et je n’accepte aucune excuse. Je peux me mettre extrêmement vite en colère et j’ai du mal à faire redescendre la pression, la fureur qui peut m’animer durant ses instants. À l’image du volcan qui entre en éruption. Avec ce récit, pour le coup, vous pourriez me croire difficile à vivre et vous auriez peut-être raison au final. Il m’arrive de prendre tout le monde de haut, parce que je ne me considère pas non plus comme n’importe qui. L’argent achète tout vous savez : pouvoir, personne, morale et convictions les plus profondes. C’est triste mais je n’hésite pas à m’en servir pour autant. Parce que je veux réussir, me hisser à un statut que j’estime être fait pour moi. Tout simplement. Je suis ainsi, oui.    

 
« Description Physique »


 

Approchez, fermez les yeux et laissez-vous porter par mes simples mots, indications. Une grande inspiration et maintenant, laissez faire vos autres sens. Imaginez une jeune femme de 19 années, au teint clair, un peu trop blanc à mon goût mais qui donne une touche de charme à celle que je suis, m’efforce d’être. Tendez votre main et vos doigts, laissez-le glisser sur mes longs cheveux. Ne sont-ils pas doux, lisses ? Ils sont de couloir noir, d’un noir parfait. Mes yeux eux, sont noisettes et tellement expressifs. Vous pourriez aisément y lire toutes les émotions qui m’habitent, me traverses. Le regard n’est-il pas le miroir de l’âme après tout ? Ne trouvez donc pas étrange de les trouver un brin capricieux ou malicieux, souvent coquin ou lubrique.

Si vous laissez glisser votre index, sur mon visage, vous dessinerez sûrement celui-ci de traits doux et délicats, à l’image d’une poupée de porcelaine d’un autre temps. Ma peau est douce et soyeuse, aspirant sans cesse à de contacts légers, sensuels. Il faut dire que j’en prends grand soin. Vous avez sûrement remarqué mon nez, qui se trouve être parfaitement coquet. Vous ne sentirez chez moi, aucun piercing hormis aux oreilles et je vous assure qu’aucun tatouage ne vient gâcher ma peau. Mes lèvres elles, sont fines, sensuelles également, invitent à de longs baisers délicats ou à de plus sauvages et passionnés selon l’humeur, l’intensité du désir qui s’éveille, cherche à s’exprimer sans cesse toujours plus. Ne rougissez pas maintenant cher ami. Si je guide votre main en mon cou, vous le trouvez également charmant. J’en profite pour vous confier un secret. J’aime y recevoir de longs baisers appuyés, ou de petites morsures coquines au niveau de la nuque, à l’image d’un mâle dominant qui chercherait à marquer la possession sur l’autre. Ne sommes-nous pas nous-même, proches de certains animaux ?

Maintenant, je comprends votre émoi. Je guide vos doigts lentement sur mon buste et vous soulignez en cet instant ma poitrine, menue, ferme. Si vous ne pouvez les voir, à travers mes vêtements, vous devinez aisément, j’imagine, que mes seins sont doux, avec un galbe élégant, tendre. Ils ont une légère forme de poire. Vous aimez ? Je le vois à vos joues rougies. Mon ventre, juste au-dessus est plat, sensuel. Qu’y-a-t-il de plus érotique, enivrant que d’embrasser un ventre de femme, d’y presser son visage en une douce caresse éphémère ? Je pourrai vous laisser souligner ma culotte, vous laissez apprécier la douceur de mon pubis mais il faudra patienter pour cela, cher ami.

Passons à mes fesses, toutes aussi fermes et sensuelles que le reste de ma silhouette, de mon corps. Mes jambes ne sont pas en reste d’ailleurs, longues et fines. Mais ne vous imaginez pas face à une mannequin, top-modèle. Je n’en suis pas une. J’aime la gourmandise et je suis trop petite. Face à vous, j’atteins à peine votre menton. Je mesure approximativement un mètre soixante-deux. Pour le poids ? Vous vous contenterez du fait de savoir qu’il est en totale adéquation avec ma silhouette et qu’il vous sera aisé de me soulever sans éprouver aucune difficulté.

Ne me reste qu’à vous parler de mon style vestimentaire j’imagine ? Je suis très féminine, aussi j’aime à porter robes, jupes et autres tenues à la mode. Ma garde de robes est importante d’ailleurs. Mais si je devais décrire mon style, ce serait celui d’une jeune femme sage, élégante et coquette mais en rien vulgaire. Sauf peut-être au niveau de la lingerie, que j’affectionne tout particulièrement.    

 
« Histoire »


 

Dix-neuf ans et tout une vie a raconté ? La mienne risque d’être rapide et courte. Je ne suis qu’au début de celle-ci après tout. Mais laissez-moi poser les bases de cette vie que je compte mener à bien le plus longtemps possible.

Je suis née à Paris, en France, le plus beau des pays. Un peu de chauvinisme ne fait pas de mal, n’est-ce pas ? Je vois, vous me jugez déjà. Est-ce que je vous apparais comme prétentieuse ? Dans la vie, il faut savoir ce que l’on veut, s’en donner les moyens, comme savoir d’où l’on vient, sans avoir peur d’incarner les valeurs que l’on défend, que l’on décide d’honorer. Une petite mise au point pour commencer. J’ai la chance d’être née dans une famille qui m’a placé dès ma naissance, à l’abri du besoin, des ennuis financiers, de la pauvreté. Mon père jouit d’un poste très honorable et qui est fortement rémunéré. Beaucoup diraient qu’il l’est trop. A ceux-ci, je répondrai sans détour que les responsabilités qu’il endosse se doivent d’être récompensées à leur juste valeur. Ma mère aussi, occupe un poste tout à fait confortable. De ce fait, j’ai eu une enfance plutôt heureuse. Enfin, c’est ce que je considère moi, à mon âge. Difficile d’établir des degrés de comparaisons justes et efficaces, vous en conviendrez.

J’ai toujours une relation avec mon père très affectueuse, sincère ou presque. Pour tout vous dire, je suis bien plus proche de celui-ci que de ma mère. Il parait que cela se retrouve dans beaucoup de familles. J’ai lu ça dans un article. Les filles sont souvent plus proches de leurs pères, les garçons de leurs mères. Chez moi, en tout cas, cette vérité s’applique. J’ai toujours préféré me confier à lui, lui exposer mes problèmes et je me souviens que lorsque j’étais petite, c’était avec lui que j’aimais faire les magasins. Vous trouvez cela étrange ? Ma mère a toujours incarné pour moi, une forme d’autorité permanente tout en étant trop souvent absente du foyer. Sans cesse occupée, sans cesse entre deux rendez-vous, sans cesse à exprimer une excuse ne pas m’octroyer un peu de son temps si précieux. Reste ma tante, qui a pris un peu, je dois bien le reconnaître, le rôle de cette mère presque inexistante pour moi. Elle et moi sommes très complices et je partage beaucoup avec elle. Pour termine, il y a aussi mon petit frère, plus jeune que moi de quelques années à peine.

Maintenant que la famille est présentée, je peux vous parler de mon enfance. Relativement calme et très studieuse me concernant. Très tôt, j’ai pris plaisir à aller à l’école. Il faut dire que chez moi, j’étais souvent seule avec mon frère, en présence d’une nourrice. Mes parents rentraient souvent tard le soir et je devais attendre les vacances, lorsque nous partions en voyage, à la mer ou à la montagne pour pouvoir réellement passer du temps avec eux. Enfin, quand ma mère n’arriverait pas à emporter avec elle du travail. Néanmoins, je garde de très bons souvenirs de cette période pillée de ma vie. Comme vous le devinez, l’absence de mes parents à mes côtés, a très vite été compensée par l’argent. Le sésame magique de notre société actuelle, de notre monde. Avec de l’argent, on peut tout acheter. Objet, matériel, personne. Très tôt, j’ai compris, appris que je pourrais tout obtenir ou presque, en le demandant à mon père. Tantôt par chantage affectif, tantôt par colère, souvent par caprice.

Durant mon adolescence, je n’ai jamais été particulièrement en rébellion contre mes parents ou l’autorité. Déjà parce qu’ils n’étaient pas souvent là. Difficile alors que de se confronter réellement à eux et l’autorité qu’ils se doivent d’incarner. Oh bien sûr, j’ai fait quelques bêtises, pour tester en partie, mes limites. Quelques larcins, un peu de drogue et beaucoup de fêtes. Je ne me suis jamais sentie particulièrement populaire, bien au contraire. Mon caractère aidant, j’ai toujours eu la fâcheuse manie de dire les choses en toute franchise, en manquant trop souvent de diplomatie, de tact. Ajoutez à cela que je ne me considère pas comme la première pécore venue et vous comprendrez qu’ainsi, on se fait rapidement une réputation et des ennemies. N’ayez crainte toutefois, car, mon statut, l’argent de poche que je possédais m’apportaient une autre forme de compagnie. De celle que l’on pourrait comparer avec les poissons pilotes, vous savez, ceux qui nagent sans cesse sous et autour du requin, comme des ombres, afin d’y récolter la moindre miette laisser par le prédateur, roi des océans. L’image me parle bien à moi, c’est ainsi que j’ai toujours considéré celles qui aimaient à s’afficher avec moi, se prétendre être mes amies.

J’ai donc fréquenté quelques fêtes. On m’invitait surtout par rapport à mon statut, à mes relations. Est-ce que je faisais souvent des cadeaux hors de prix ? Jamais. J’ai eu une période pourtant, où j’ai essayé de m’abaisser à un niveau inférieur au moins, à me confronter à la plèbe des basses couches sociales. Sans grand succès je dois bien l’avouer. Dans mon monde, tout est plus facile, direct. J’ai connu mon premier amoureux également durant mon adolescence et ce fut aussi l’âge des expériences, des premières déceptions, des émotions trop grandes pour être contenues sans cesse. Tout ceci, naturellement, ne m’a aucunement détourné de la fille studieuse et assidue que j’ai toujours été. Je suis ainsi rapidement entrée au conservatoire. Il faut dire que depuis l’école primaire, je suis une très bonne élève.

L’année de mes dix-sept ans reste une de mes préférées et à la fois l’une de mes plus détestées. L’année où je suis tombée amoureuse d’une fille, de mon âge. Margot. Elle était très belle et sans me l’expliquer, comprendre ce qui m’arrivais, j’en suis tombée amoureuse. Bien sûr, vous imaginez bien que dans ma famille, le milieu d’où je viens, ce n’est pas très bien vu ce genre de penchant. Tout le monde en a, en éprouve mais surtout, il est interdit d’en parler, de le déclarer. Et puis, c’était surtout trop bouleversant pour moi. J’ai été très proche d’elle, complice, puis intime. Elle m’a permis d’explorer, de découvrir une partie de moi dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Mais les choses se sont envenimées et Margot a préféré me fuir, retourner à son monde, univers, celui qu’elle m’a permis d’explorer le temps de quelques mois. Nous voici à nouveau séparées par des univers trop différents pour se comprendre, s’accepter.

Quelques mois plus tard, je découvrais que mon père avait une amante, une maîtresse. Oserai-je vous faire croire que cela m’a choqué ? Pas le moins du monde. C’était même, selon moi, totalement inévitable au vue de sa vie de couple avec ma mère, ce manque de moments partagés entre eux. Ce fut toutefois pour moi, l’occasion d’user d’un petit chantage pas très moral mais bénéfique pour mon compte en banque. D’ailleurs j’imagine que ma mère aussi a un amant et je promets que le jour où j’en aurais acquis la certitude et quelques preuves, j’userai sur elle du même chantage.

Le réel tournant de ces quelques dernières années, fut la découverte de l’Aphrodisiaque. Une maison close, cachée dans Paris et fréquentée par ma tante en personne ! On pourrait croire ce genre d’établissements interdits en France, disparus depuis la seconde guerre mondiale ou dans les années qui suivirent. Il n’en est rien. Mais tout ceci existe dans un monde parallèle, réservé aux initiés et à ceux qui possèdent pouvoir et argent. C’est mon deuxième chez moi depuis quelques mois. Pourquoi ? Parce qu’en cet endroit, je suis traitée à l’égal de l’argent que j’y dépense. Là-bas, je suis quelqu’un, on me respecte et on se met en quatre pour exhausser le moindre de mes souhaits. Je sais, vous vous dites que ce doit être déjà mon quotidien j’imagine. C’est vrai, en partie oui. La vraie raison de ma présence en ce lieu, c’est que je n’y suis jamais seule. Vous allez trouver cela pathétique ou triste, c’est pourtant une réalité pour moi. Le temps d’une soirée, de quelques heures, je peux être en compagnie d’une personne, qui saura captiver mon attention, me cajoler, me câliner, m’offrir son affection, son amour ou une de ses formes. Et si c’est un service rémunéré, moi, j’en oublie l’argent. C’est un moyen pour moi d’y recevoir ce dont le manque le plus. Ce qui ne s’achète véritablement pas avec de l’argent. Et puis, il est vrai que ce lieu m’autorise des excès. Je peux être moi, sans tabou, sans jugement moral, sans gêne.

Voilà, je crois que vous savez à peu près tout de ma vie jusqu’à maintenant. Moi, Hélène Foster, pianiste, étudiante au conservatoire, riche et fréquentant une maison close à dix-neuf ans. Le meilleur des mondes n’est-ce pas ? Ne me jugez pas trop vite, car je ne suis que le pâle reflet de la société que vous avez décidé d’édifier.  

 
« Et Vous ? »


 

  Prénom/Surnom : Marina
  Âge (OBLIGATOIRE) : 21ans
  Comment as-tu découvert le forum ? Top-sites
  Pourquoi t'être inscrit(e) ? J’aime le design du forum, son contexte et les postes vacants proposés.
  Comment trouves-tu le forum ? Très beau visuellement, bien expliqué dans son contexte, les rôles, métiers proposés. On trouve facilement les informations utiles et les couleurs sont jolies.
  Autre chose à ajouter ? Hâte de vous rejoindre
  Code du règlement:
 
 

  (c) Codage de la fiche par Voly'an, pour Epicode
 

* * * * * * * * * * * * * * * * *
Revenir en haut Aller en bas
Alessandra A. Blake
@ Admin Perverse
@ Admin Perverse


Féminin Messages : 1437
Date d'inscription : 26/12/2011
Age : 24
Localisation : Au bar ~ ♪♫

Personnage
Age: 25 ans.
Métier: Chanteuse, musicienne.

MessageSujet: Re: Hélène Foster   Mer 13 Avr - 21:53

Salut, bienvenue.
La fiche est finie ? Il te manque le code du règlement ^^
Revenir en haut Aller en bas
Hélène Foster

☎


Féminin Messages : 18
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 22

Personnage
Age: 19ans
Métier: Etudiante

MessageSujet: Re: Hélène Foster   Mer 13 Avr - 21:57

La fiche est finie oui !

Le code du règlement est entre balise [hide] comme le codage de la fiche le demande.

Il est dedans -01

* * * * * * * * * * * * * * * * *
Revenir en haut Aller en bas
Benoit Davis

♡


Masculin Messages : 87
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 22
Localisation : Entre l'encre et la réalité

MessageSujet: Re: Hélène Foster   Mer 13 Avr - 23:27

Bienvenue ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Alessandra A. Blake
@ Admin Perverse
@ Admin Perverse


Féminin Messages : 1437
Date d'inscription : 26/12/2011
Age : 24
Localisation : Au bar ~ ♪♫

Personnage
Age: 25 ans.
Métier: Chanteuse, musicienne.

MessageSujet: Re: Hélène Foster   Jeu 14 Avr - 0:48

Je n'ai pas dû le voir alors xD

  • Tu es validé.
    À présent, tu dois aller faire la paperasse, c'est à dire : ouvrir ta demande de rp, ouvrir ton sujet pour tes liens. N'oublie pas d'activer ta fiche personnage dans le profil.

    Recense ton avatar également s'il te plaît : ici.
Revenir en haut Aller en bas
Hélène Foster

☎


Féminin Messages : 18
Date d'inscription : 12/04/2016
Age : 22

Personnage
Age: 19ans
Métier: Etudiante

MessageSujet: Re: Hélène Foster   Jeu 14 Avr - 1:30

Merci beaucoup pour la validation -01

J'ai oublié de préciser que j'incarnais un poste vacant.

* * * * * * * * * * * * * * * * *
Revenir en haut Aller en bas
Alessandra A. Blake
@ Admin Perverse
@ Admin Perverse


Féminin Messages : 1437
Date d'inscription : 26/12/2011
Age : 24
Localisation : Au bar ~ ♪♫

Personnage
Age: 25 ans.
Métier: Chanteuse, musicienne.

MessageSujet: Re: Hélène Foster   Jeu 14 Avr - 2:06

Je l'ai vu, je vais déplacer la fiche du poste vacant pour dire qu'il est pris ^^
Revenir en haut Aller en bas
Sophie Dumaq

☎


Féminin Messages : 2271
Date d'inscription : 01/09/2013
Localisation : L'Aphro probablement ou chez moi.

Personnage
Age: 29
Métier: Secrétaire (cabinet psychologue psychanaliste)

MessageSujet: Re: Hélène Foster   Jeu 14 Avr - 3:37

Bienvenue ^^

* * * * * * * * * * * * * * * * *



MERCI AMYAS POUR CETTE JOLIE SIGNA:
 


Couleur des paroles de Sophie:#8300eb
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hélène Foster   Aujourd'hui à 12:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Hélène Foster
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Napoléon à Sainte Hélène
» RP de Foster
» Hélène GRIMAUD
» Signature de contrat - Kurtis Foster
» Voyez-vous le "Foster" sous la bannière du forum ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ღ Aphrodisiaque. :: Premiers pas sur le Forum. :: Le Transfert d'Identité. :: ● Bienvenue. :: Clients / Clientes.-
Sauter vers: